logo

Victime d’agression, que faire ?

Les victimes d’agressions physiques sont souvent démunies et en état de choc. Cependant ces dernières ont des droits qui doivent être appliquée. Cependant pour prétendre à la réparation de son préjudice, il faut absolument que la victime se constitue partie civile. Il est donc nécessaire d’être assisté d’un avocat pour obtenir la réparation civile des dommages physiques et psychologiques subis.

Que faire en cas d’agression physique ?

La première des choses à faire lorsqu’on s’est fait agresser est d’aller porter plainte à la gendarmerie ou au commissariat le plus proche de chez vous ou du lieu de l’agression. Pensez à lister les témoins et à communiquer leurs coordonnées. N’oubliez pas non plus de garder en votre possession le rapport d’enquête.

1er cas : votre agresseur a été identifié

Lorsque vous aurez porté plainte, si l’agresseur a été identifié, il sera poursuivi devant le tribunal. Il pourra s’agir du tribunal de police, du Tribunal correctionnel ou de la Cour d’Assises selon qu’il soit coupable de violences légères, d’un délit ou d’un crime. Il devra alors répondre pénalement de ses actes. Vous pourrez alors vous constituer partie civile. Vous pourrez ainsi obtenir des dommage et intérêt pour indemniser vos préjudices corporels et financiers. Le montant de ces indemnités dépendra de l’expertise médicale qui a pour but de déterminer la gravité des préjudices corporels que vous avez subis.

Si l’auteur, une fois condamné, n’a pas les moyens de vous payer vos indemnités, il vous reste une possibilité : saisir la CIVI.

2ème cas : votre agresseur n’a pas été identifié

Vous êtes victime d’une agression mais que votre agresseur n’a pas été identifié ? Si vous disposez de suffisamment d’éléments sur l’agression, vous pourrez saisir la CIVI après avoir porté plainte.

Qu’est ce que la CIVI ?

La CIVI est la Commission d’Indemnisation des Victimes d’Infractions. Elle a été mise en place devant chaque tribunal de grande instance et permet d’indemniser les victimes d’infractions.

Ainsi toutes les victimes de nationalités française ou étrangère mais ressortissantes de l’Union Européenne dès lors que leur domicile principal se situe sur le territoire français. Elles peuvent être indemnisées que l’agression air eu lieu en France ou à l’étranger.

Les victimes pourront alors obtenir une indemnisation versée par le Fonds de Garantie des actes de terrorisme et d’autres infractions.

Laisser un commentaire

*